Importance de la FMTE

JPEG - 46.1 ko
Carte de distribution spatiale des espèces de singes de la FMTE

Une prospection intensive menée par l’équipe du Programme RASAP-CI du 25 février au 26 mars 2008 a dénombré dans la FMTE au moins 60 groupes de cercopithèques diane roloway, 30 groupes de cercocèbes couronnés, 20 groupes de colobes de Geoffroy. Ces résultats sont extraordinaires vu que ces singes sont en danger d’extinction avec des populations fortement décimées ou exterminées partout ailleurs. La FMTE est, à notre connaissance, la seule forêt au monde où l’on peut encore trouver de grands effectifs de ces espèces de singes. Elle est, d’ailleurs, la seule forêt au monde où l’on peut encore trouver le colobe bai de Miss Waldron et une population viable de cercopithèques diane roloway (voir carte de distribution spatiale). En plus de sa faune simienne exceptionnelle, la flore de la FMTE est d’une richesse remarquable. Un inventaire effectué en 2007 a permis de recenser 279 espèces végétales parmi lesquelles 2 sont des espèces sassandriennes, 19 des endémiques ouest-africaines, 15 des espèces endémiques de la région phytogéographique de Haute Guinée et 13 espèces inscrites sur la liste rouge de l’UICN (Union Internationale de Conservation de la Nature). La flore de la FMTE est très diversifiée et elle bien à l’image des « Hotspots » de la Haute Guinée. Un inventaire récent de la faune aviaire de la FMTE a permis de recenser 274 espèces d’oiseaux avec un effectif global de 11264 individus, repartis entre 58 familles, dont 12 espèces qui bénéficient d’une protection d’intérêt mondial (BIRDLIFE INTERNATIONAL, 2009). Il s’agit d’une espèce en danger : la Chouette-pêcheuse rousse (Scotopelia ussheri) ; de quatre espèces vulnérables : le Circaète de Baudouin (Circaetus baudouini), l’Echenilleur à barbillons (Lobotus lobatus), le Bulbul à tache jaune (Criniger olivaceus), le Bulbul à queue verte (Bleda eximius) ; de six espèces quasi-menacées : le Busard pâle (Circus macrourus), le Perroquet jacko (Psittacus erithacus), le Calao à casque jaune (Ceratogymna elata), le Bathmocerque à capuchon (Bathmocercus cerviniventris), l’Akalat à ailes rousses (Illadopsis rufescens), le Choucador à queue bronzée (Lamprotornis cupreocauda) et d’une espèce insuffisamment documentée : l’Indicateur d’Eisentraut (Melignomon Eisentrauti). Une étude préliminaire sur les poissons permet de dénombrer 26 espèces de poissons dont trois espèces endémiques. En outre, il faut noter que pour plusieurs raisons, cette forêt se situe dans une aire prioritaire pour la conservation de la nature. En effet, à l’issue d’un atelier international tenu au Ghana, en décembre 1999, sur la Sélection des Priorités de Conservation en Afrique de l’Ouest, un rapport de l’ONG Conservation International indique que la FMTE est située dans une zone dont l’importance est reconnue au plan international. Cette zone a été classée par les experts comme étant :

- d’une importance exceptionnelle parmi les aires prioritaires de conservation régionale pour la forêt de Haute Guinée ;

- d’une haute importance pour la conservation des mammifères ;

- d’une haute importance pour la conservation des Oiseaux ;

- d’une très haute importance pour la conservation des écosystèmes d’eau douce.